Search

You searched for: Political Geography Europe Remove constraint Political Geography: Europe Publication Year within 5 Years Remove constraint Publication Year: within 5 Years Journal Cultures Conflits Remove constraint Journal: Cultures Conflits
Number of results to display per page

Search Results

  • Author: Mathile Darley
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les postes frontières sont sans doute la manifestation la plus évidente de l'implantation dans l'espace d'un élément de discontinuité (le poste et son aménagement architectural) explicitement affecté au contrôle des individus souhaitant entrer sur le territoire national ou en sortir. Souvent premiers points de contact du voyageur avec l'Etat sur le territoire duquel il pénètre et, à ce titre, premiers représentants de l'Etat-nation, les gardes-frontières incarnent l'ordre étatique légitime. A travers la matérialisation architecturale du poste frontière, l'Etat donne à voir le contrôle qu'il entend exercer sur son territoire par le filtrage des voyageurs cherchant à y pénétrer (ou à en sortir). De ce fait, les frontières ont souvent été présentées, notamment dans les nombreux travaux de recherche développés sur ce thème depuis le début des années 1990, comme le lieu privilégié d'investigation et d'interprétation des aspects symboliques de l'Etat, puisque s'y exerce « l'autorité souveraine de l'Etat d'exclure ». A cela s'ajoute le rôle croissant qu'on leur reconnaît géné ralement dans le dispositif politique, dans un contexte d'évolution supposée des risques sécuritaires vers des formes de plus en plus transfrontalières et non plus « stato-centrées ».
  • Political Geography: Europe
  • Author: Sarah S. Willen
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Depuis le début de l'année 2007, près de 10 000 hommes, femmes et enfants venant d'Afrique–pour la plupart du Darfour, du Sud6Soudan et de l'Erythrée–ont traversé la longue frontière poreuse entre Egypte et Israël pour demander l'asile En Israël, cet afflux inattendu de demandeurs d'asile a généré beaucoup de controverses politiques, d'attention publique et d'activités militantes locales. D'un côté, la récente affluence de réfugiés est abordée et débattue du point de vue de l'autodéfinition démographique que s'est attribuée le pays en tant qu'Etat « juif et démocratique ». Elle est travaillée par un sentiment que l'on pourrait qualifier d'« inquiétude démographique » devant la probabilité d'un afflux imminent bien plus important de réfugiés en provenance de pays africains en crise. D'un autre côté, toutefois, ces discussions sont déterminées par le fait que certains de ces demandeurs d'asile ont vécu des horreurs faisant écho à la mémoire collective juive-israélienne de la Shoah ou de l'Holocauste : ceux qui ont fui ce que la communauté internationale décrit comme le génocide du Darfour. En d'autres termes, ces dispositions israéliennes en faveur d'un sous-groupe spécifique de réfugiés ne dépendent pas simplement du fait que ces individus ont fait l'expérience d'une souffrance et d'un exil, mais elles tiennent plutôt à une proximité entre la forme particulière de souffrance à laquelle ils ont été exposés et les souffrances subies par les juifs dans l'Europe nazie–proximité qu'un journaliste qualifie d'« affinité de génocide ».
  • Political Geography: Europe, Israel
  • Author: Christophe Wasinski
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: En tant qu'outil traditionnel du pouvoir, il est légitime que les forces armées fassent l'objet d'attention notamment de la part de représentants politiques, de journalistes, de membres d'organisations non gouvernementales et, bien entendu, de chercheurs. Cette attention porte très régulièrement sur le déroulement et les résultats des opérations. Ainsi, les victimes civiles et militaires des conflits provoquent ponctuellement des débats publics, plus ou moins importants relatifs aux engagements et aux moyens mis en oeuvre. C'est d'ailleurs le cas de nos jours, à propos de l'Irak, dans plusieurs Etats membres de la coalition attaquante. Il arrive également que des questions portant sur le matériel militaire déclenchent d'importantes réactions populaires. En guise d'exemple on se souviendra des impressionnantes manifestions qui avaient suivi la décision de déployer des missiles nucléaires américains en Europe occidentale (les « euromissiles ») au début des années 1980. Enfin, la légitimité des doctrines militaires sous-jacentes aux actions des forces armées peut être mise en question. Cela a par exemple été régulièrement le cas par des chercheurs de sciences politiques spécialisés dans le domaine des relations internationals. Bien qu'elle provoque rarement le déplacement de foules contesta- trices cette dernière forme d'investigation est essentielle dans la mesure où elle interroge l'essence même des pratiques militaires. La doctrine militaire codifiant la raison d'être de l'institution, son analyse paraît incontournable (au même titre qu'il parait incontournable que la société puisse enquêter et légiférer, par exemple sur les techniques de production des biens alimentaires).
  • Political Geography: Europe
  • Author: Antonia Garcia Castro, Tomas Ruiz-Rivas
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Cependant, cela ne fait pas de doute que la société a besoin de constructions symboliques, et plus encore quand elle affronte des faits si difficiles à assumer par la raison. Et c'est de cela dont nous allons parler aujourd'hui, demain et après-demain. Du rôle que joue ou peut jouer l'art dans un débat plus large sur les disparus, de la possibilité de la représentation de l'horreur, des limites de cette représentation et de sa transcendance, ou de sa non-transcendance, politique, et aussi de la question de savoir si les arts du visuel peuvent construire des "lieux". Si elles peuvent jouer un rôle dans la restitution du disparu au temps historique duquel il a été arraché ».
  • Political Geography: Europe
  • Author: Cedric Audebert, Nelly Robin
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Au début de l'année 2006, l'opinion internationale s'est émue du naufrage, aux frontières de l'Europe, de milliers d'émigrants clandestins subsahariens, dont le destin tragique rappelle celui des boat people antillais ayant tenté de rejoindre les Etats-Unis au cours des trois dernières décennies. Quoique la dimension politique ait joué un rôle majeur dans la genèse des premiers flux massifs de boat people haïtiens et cubains dans les années 1960, les migrations maritimes subsahariennes et caribéennes répondent à des déterminants similaires. Elles expriment l'acuité de la crise économique sévissant dans les pays d'origine et correspondent à une demande sociale, dans un contexte où la migration de l'individu est perçue comme un préalable nécessaire à l'ascension sociale du collectif familial.
  • Political Geography: United States, America, Europe
  • Author: Alessandro Dal Lago
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Ils ont quitté l'Afrique la veille de Noël pour partir à la recherche d'une vie meilleure en Europe. Au lieu de cela, le bateau à bord duquel ils se trouvaient a conduit les migrants à la mort, allant à la dérive sur 2000 miles à travers l'Océan Atlantique jusqu'à l'île Barbade dans les Caraïbes.
  • Political Geography: Europe, Atlantic Ocean
  • Author: Stephan Davidshofer, Dick Marty
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Cet entretien a été réalisé avec Dick Marty qui a maintes fois été activement confronté – au long de sa carrière de Parlementaire mais également de magistrat – à la défense de l'Etat de droit et des libertés civiles. Cet entretien porte notamment sur les suites de son action en tant que rapporteur pour le compte du Conseil de l'Europe sur l'affaire dite des prisons secrètes de la CIA en Europe dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » depuis les attentats du 11 septembre 2001 2, ainsi que sur son « actualité » visant à replacer la défense de l'Etat de droit au centre des enjeux de la lutte contre le terrorisme.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Gülçin Erdi Lelandais
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'exode rural qui se développe fortement en Turquie à partir des années 1950 a entraîné à la périphérie d'Istanbul l'apparition de gecekondu (bidonvilles) , puis leur multiplication en raison à la fois de l'absence de politiques publiques d'aménagement urbain d'une part, et des calculs électoraux des responsables politiques de l'autre. L'ouverture des négociations avec l'Union européenne en 2006 et le choix d'Istanbul comme capitale culturelle de l'Europe pour l'année 2010 ont été l'occasion pour la Turquie de mettre sur pied un vaste projet de transformation urbaine dont un des aspects est la destruction des bidonvilles pour les remplacer rapidement par des cités d'immeubles construites par Toplu Konut Idaresi (TOKI), institution publique de construction de logements collectifs. Contrairement aux années 1980 et 1990 où ce type de construction était localisé dans les quartiers périphériques il s'agit maintenant, au coeur des villes, de restructurer des zones considérées comme insalubres, mais à fort potentiel immobilier, pour y installer des populations socialement et financièrement aisées.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Joseph Soeters, Delphine Resteigne
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: La coopération multinationale dans le registre militaire n'est pas quelque chose de tout à fait nouveau. Même si l'on en parle davantage depuis ces dernières années, déjà pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces alliées opéraient côte à côte contre l'ennemi. Ainsi, la libération du continent européen fut le résultat de l'effort collectif des troupes issues de différents pays. Et si chacune agissait de manière relativement isolée et visait des objectifs propres, toutes ces actions étaient cependant coordonnées dans le cadre d'une seule et même mission menée sur le vieux continent. Tout au long de l'histoire, nous pouvons relever d'autres exemples d'actions militaires multinationales que ce soit en Europe ou ailleurs comme, par exemple, le soutien apporté aux otages occidentaux pendant la révolte des Boxers à Pékin il y a plus d'une centaine d'années. Dans cette action courte mais décisive, le corps expéditionnaire (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne et Empire austro hongrois), allié aux unités russes et japonaises, réussit rapidement à s'assurer la victoire et ce, malgré certaines tensions durant la marche vers Pékin. Toutefois, par rapport à ces précédentes collaborations, les coalitions militaires actuelles sont devenues incontournables et ne constituent plus, comme autrefois, des cas de figure isolés. Depuis la fin de la guerre froide, quatre facteurs ont encouragé cette coopération croissante entre les armées nationales. Premièrement, cette collaboration accrue est liée à la professionnalisation des forces armées car, avec la fin de la conscription observée dans un nombre croissant de pays, toute une série de changements structurels et institutionnels ont été entrepris pour réduire les effectifs de forces. Dans certains pays, comme en Belgique, cette diminution a été renforcée par les effets négatifs d'une pyramide des âges déséquilibrée et par un manque de jeunes recrues pouvant être déployées en opérations. Deuxièmement, avec la fin de la menace soviétique (et plus récemment les effets de la crise financière sur les budgets nationaux), nous avons assisté à une diminution importante des montants consacrés aux dépenses militaires. Aussi, les différentes armées ont été de plus en plus enclines à unir leurs efforts pour éviter toute duplication inutile de moyens. Troisièmement, en raison de menaces plus diffuses, les tâches opérationnelles nécessitent que les effectifs soient maintenus pour des durées d'intervention plus longues. La nature des missions ayant gagné en complexité, les militaires doivent à la fois faire preuve de flexibilité tout en étant spécialistes, ce qui complique d'ailleurs la détermination a priori de scénarios d'engagement. Enfin, cette collaboration internationale est également facilitée par les progrès technologiques observés dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) qui améliorent l'échange d'informations et la coordination entre les différents intervenants. Dès lors, comme c'est le cas dans le domaine des affaires et du commerce international, la coopération militaire multinationale n'est plus confinée à quelques rares missions et, à un niveau plus macro-structurel, elle est même devenue indispensable. Dans une Europe composée d'une myriade de petits pays, nous avons ainsi progressivement assisté à une augmentation et à une institutionnalisation des composantes militaires multinationales comme l'Eurocorps, les Corps germano-néerlandais, germano-français ou encore nord-est. A cela, se sont récemment ajoutés, depuis début 2007, les groupements tactiques européens qui servent à la fois d'instrument opérationnel de gestion de crises et d'outil de transformation militaire européenne. Du côté de l'OTAN également, tant du côté du volet opérations que de la transformation, nous retrouvons également des configurations organisationnelles multinationales. Pour les « petits » pays, ces collaborations présentent certains avantages et permet tent ainsi de prendre part simultanément à différentes missions sans pour autant prendre en charge la totalité des coûts liés à un déploiement opérationnel. Ce partage des coûts et des risques permet ainsi de déployer des capacités dans des domaines d'action liés à des niches de compétences spécifiques. Mais, à l'heure actuelle, aussi pour s'assurer une certaine légitimité, cette collaboration multinationale est également soutenue par les plus grands pays, comme l'illustrent les récentes coalitions engagées en Irak ou en Afghanistan. Nous avons aussi assisté à un phénomène de centralisation opérationnelle au sein d'états-majors interarmés mais nous remarquons, et c'est ce qui fait l'objet du présent article, que cette multinationalisation ne s'observe plus uniquement au niveau des fonctions d'états-majors mais commence à descendre vers les plus bas échelons de la hiérarchie, pour certaines fonctions spécialisées ou lors des temps libres tout du moins. Ainsi, lorsqu'ils sont déployés dans des théâtres d'opérations, les militaires partagent les mêmes camps avec d'autres militaires étrangers avec lesquels ils seront parfois aussi amenés à travailler, même si certains obstacles continuent à ralentir ce processus descendant de multinationalisation. En outre, depuis quelques années, la composition plus diverse des forces d'intervention a été renforcée par une plus grande diversité interne liée à l'ouverture des forces armées à de nouvelles catégories de personnel. En opérations, cette complexité organisationnelle se voit en outre renforcée par deux autres facteurs de diversité à savoir le caractère interforces, liées à la présence de différentes spécialités et composantes et le caractère interagences de par la collaboration avec les intervenants civils. Dans les lignes qui suivent, nous ne nous pencherons pas sur ce dernier point, mais nous nous limiterons plutôt à la coopération militaire multinationale. Avec, en toile de fond, ce contexte de plus grande diversité – interne et externe –, l'objectif visé dans le présent article est, d'une part, de revenir sur la notion même de culture pour avancer une approche pragmatique et différenciée de culture militaire. Ensuite, dans une perspective plus empirique, il s'agit d'analyser les stratégies de coopération relevées dans plusieurs études de cas menées in situ ainsi que les obstacles majeurs qui continuent d'entraver une intégration accrue.
  • Political Geography: Europe
  • Author: Xavier Crettiez
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Alors que l'actualité ne cesse d'égrener son lot d'arrestations de militants nationalistes basques et que chaque prise policière est l'occasion d'annoncer la mauvaise santé de l'organisation ETA en même temps que de poser un regard enthousiaste sur l'efficacité de la coopération franco-espagnole, paraissent deux ouvrages de bonne facture sur la violence au Pays Basque.
  • Political Geography: Europe, Paris