Search

You searched for: Content Type Journal Article Remove constraint Content Type: Journal Article
Number of results to display per page

Search Results

  • Author: Steven Zdatny
  • Publication Date: 03-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: Little remains today of the so-called Resistencialist Myth, the notion that France was a nation of resisters, save for a handful of treasonous collabos. It was a useful and ingenious fiction. Maybe it spared the country civil war. It certainly bought France selfesteem and saved civil society for the Fourth Republic and the resurrection of liberal democracy. But it's hard to imagine anyone believes it anymore, if anybody truly believed it then. We know that these sorts of political legends do not die all at once; they fall apart in stages, like Francisco Franco. In this case, the stages are well known. In the late 1960s, Marcel Ophuls's The Sorrow and the Pity offered a countermyth of Collaborationist France. A few years later, Robert Paxton's careful, irrefutable scholarship ravaged the legend of la France résistante and re-ignited interest in the real history of Vichy. His Vichy France: Old Guard and New Order depended on research in German occupation sources because French documents were closed. But actors die, fifty-year rules expire, politicians and archivists tack with the wind, all of which has prodded French historians to an unprecedented scrutiny of the nation's experience of war and occupation.
  • Topic: War
  • Political Geography: France
  • Author: Michel Gueldry
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: Du 1er juillet au 31 décembre 2000, la France présida le Conseil de l'Union européenne (UE), et ce pour la onzième fois depuis la création de la troïka et de la présidence tournante en 1978. Elle assuma ce rôle précédemment au second semestre 1989 et au premier semestre 1995. En 1999, l'Allemagne et la Finlande assumèrent cette responsabilité, puis le Portugal précéda la France au premier semestre 2000. Cette fonction est un moment fort de la politique nationale—du fait de la cohabitation—et de la politique continentale, car les pays d'Europe centrale et orientale (PECO) frappent à la porte de l'UE, qui doit se préparer pour les intégrer. C'est pourquoi cet article étudie d'abord la dynamique de la cohabitation envers l'Europe, puis le rôle, le contexte et le programme de cette présidence française. Ensuite, il résume les décisions prises aux sommets de Biarritz et de Nice et enfin il analyse leur signification pour la France, les relations franco-allemandes et le futur de l'Union.
  • Political Geography: Europe, France
  • Author: Sarah Maza
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: The first character introduced to the reader at the start of Balzac's La Cousine Bette (1846) is Célestin Crevel, described in the opening sentence as "a fat man of average height wearing the uniform of a captain of the National Guard." Exuding the smugness of commercial success and flaunting the ribbon of the Légion d'honneur, Crevel is on his way to visit a woman he has long secretly desired, Baroness Adeline Hulot d'Evry. Beautiful, middle-aged, and married, the Baroness is in financial trouble and seeks the help of the very rich Crevel to whom she is related by the marriage of her son Victorin to the widower Crevel's only daughter, Célestine.
  • Author: Paula Cossart
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: «Les lettres entre amants sont rares, ce sont sans doute celles que l'on aime le moins conserver… Le chercheur sera déçu de ne trouver que quelques documents difficilement exploitables », écrit Marie-Claire Grassi : la lettre d'amour est « sans doute (…) celle qui a été brûlée la première, rendue sans son ruban, non conservée par peur de quelque compromission ». Si l'on en croit ce constat de rareté, c'est une découverte exceptionnelle qui a permis à la présente recherche, sur l'expression épistolaire du sentiment amoureux, de débuter3. En effet, la correspondance sur laquelle s'appuie cette étude est constituée de 1500 lettres échangées par deux amants entre 1824 et 1849. Il s'agit donc d'une série homogène et longue, permettant des questionnements qui n'auraient sans doute pu être posés à partir de correspondances plus fractionnées. C'est aux Archives de Paris, dans un fonds constitué de pièces déposées au greffe du Tribunal Civil de la Seine, après le décès des personnes concernées, que j'ai retrouvé cette longue correspondance, de manière fortuite, à l'occasion du classement de ce fonds4. Cet échange épistolaire, qui unit pendant plus de vingt ans deux amants, Aimé Pierre Marie Guyet de Fernex et Adèle Schunck, représente la majeure partie des papiers classés sous le nom d'Adèle. Je ne parlerai ici que des lettres écrites entre juin 1824 et juin 1826, c'està- dire pendant les deux premières années de leur relation. Des lettres écrites sur du papier souvent très peu épais, laissant voir ce qui est écrit au verso : l'écriture fine d'Adèle Schunck, des lignes verticales se superposant parfois aux lignes horizontales ; et les réponses de son amant, plus rares. Un papier jauni, bien sûr, sur lequel on distingue encore les plis originels, bien que les lettres attendent depuis plus d'un siècle, dépliées, rangées dans deux boîtes de carton et de bois, bien que le temps les ait ainsi raidies. Et leur signature, identique, immuable : deux A, alignés ou entrelacés, comme leurs deux prénoms, Adèle et Aimé. On distingue deux types de correspondance entre les deux amants : des lettres intimes qui ne devaient être vues que d'eux, et des lettres à caractère officiel, beaucoup plus rares, des lettres « à montrer », comme l'écrit elle-même Adèle Schunck. Une même enveloppe contenait donc parfois deux lettres, dont l'une était destinée à traîner sur une table, ouverte, afin d'être lue des autres, et de justi- fier ainsi le courrier reçu.
  • Author: Antoine de Baecque
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: Les historiens ont souvent une relation délicate au présent, trop présent. Mon trouble est encore plus grand, car je voudrais parler du futur, transporter mon discours vers une histoire-fiction, une réalité virtuelle, ou plutôt un musée imaginaire. Mais, après tout, il s'agit là, depuis le dix-septième siècle, d'une des réflexions privilégiées par les intellectuels et les amateurs d'art en Europe. Le Musée du cinéma Henri Langlois n'existe pas encore. C'est un lieu futur, mais qui conserve trace d'un passé, le patrimoine cinématographique, ce cinéma qu'on a nommé l'« art du siècle », un art dont Henri Langlois a également dit qu'il avait trois cents ans, un art qui, de plus, par ses inventions conceptuelles et visuelles peut, je le crois, servir de « boîte à outils » à tous les historiens. C'est en ce sens que j'orienterais ma présentation du Musée du cinéma : ce qui, dans son travail de conception, pourrait être utile aux historiens, non seulement ceux du cinéma, ou du vingtième siècle, mais à tous les visiteurs potentiels de ce Musée qui font métier d'étudier et d'écrire l'histoire.
  • Political Geography: Europe
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: La création d'une institution culturelle suscite toujours des expectatives ; celles-ci sont d'autant plus importantes dans le cas d'un musée consacré aux productions culturelles non-européennes, le Musée du Quai Branly. Dès l'annonce, en octobre 1996, de la fondation de ce musée, celui-ci n'a cessé d'être l'objet de polémiques pour les anthropologues, les historiens de l'art, les chercheurs en histoire naturelle, les conservateurs de musées, les muséologues et d'autres professionnels. Mon propos n'est pas de rendre compte des controverses qui ont entouré cette initiative et qui continuent de se poursuivre, mais plutôt de retracer la genèse du projet muséologique. Une telle démarche n'est pas sans soulever des problèmes de méthode. Ainsi, l'un des obstacles a-til trait au fait que l'objet d'études est un projet en cours de route, et l'on ne peut tenir compte que des intentions des organisateurs sans pouvoir les confronter à la réalité des pratiques. En d'autres termes, la recherche ne peut porter que sur les discours des acteurs et les documents écrits.
  • Author: Octave Debary
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: Le petit musée consacré aux oeuvres d'Ambroise Fleury, à Cléry, n'est plus aujourd'hui qu'une attraction touristique mineure. La plupart des visiteurs s'y rendent après un déjeuner au Clos Joli, que tous les guides de France sont unanimes à célébrer comme un des hauts lieux du pays. Les guides signalent cependant l'existence du musée, avec la mention « vaut un détour ». On trouve dans ses cinq salles la plupart des oeuvres de mon oncle qui ont survécu à la guerre, à l'occupation, aux combats de la Libération et à toutes les vicissitudes et lassitudes que notre peuple a connues. (...) Malgré le peu d'intérêt qu'il suscite, et la modestie de la subvention qu'il reçoit de la municipalité, le musée ne risque pas de fermer ses portes, il est trop lié à notre histoire, mais la plupart du temps ses salles sont vides, car nous vivons une époque où les Français cherchent plutôt à oublier qu'à se souvenir. Reprenant la question qu'Adorno adresse à la poésie, François Mairesse, dans son analyse de l'histoire des musées, pose la question suivante : « Peut-on encore concevoir un musée après Auschwitz ? ». Dans la logique de mon propos, la véritable question qui est ici posée est la suivante : peut-on encore concevoir d'oublier-après Auschwitz ? Concevoir d'oublier après Auschwitz reviendrait à accepter l'idée de pouvoir oublier Auschwitz. Le musée est un instrument d'oubli. D'où l'effroyable question de savoir si l'on peut encore faire des musées après le drame d'Auschwitz. On a continué de faire des musées, on a même fait un musée d'Auschwitz dont Primo Levi a parlé.
  • Author: Richard Kuisel
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: What might a historical perspective provide toward understanding the current bout of bashing Uncle Sam? There is a pattern to Gallic anti-Americanism. It peaks, as it did in the 1950s and again today, when the U.S. postures as a socio-economic model and threatens a cultural invasion. But there are also new features to contemporary attacks on America. What has intensified French perceptions of American domination stems from changes within France as the nation pursues competitiveness and openness. These changes have brought a perception among the French that they have lost an idealized construction of "France" and are increasingly powerless over forces like globalization and European integration. Globalization in particular magnifies the presence and power of America. Anxiety about loss is transferred to an America that appears intrusive and selfserving. Neo-anti-Americanism is a form of retaliation—retaliation against a seemingly omnipotent United States which tries to impose the self-serving process of globalization on France; retaliation against our obstructionist, expendable and unreliable hegemony in international politics; and retaliation against American promotion of our flawed social model, which challenges a traditional construction of Frenchness.
  • Topic: Economics
  • Political Geography: United States, America, Europe
  • Author: Gérard Grunberg
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: The local elections of spring 2001 constituted a defeat for the Socialist government. The outcome of these elections in large and medium-sized cities show significant losses for the Left––despite Socialist victories in Paris and Lyon––and especially for the Communists whose numbers continue to decline. The only left-wing party to improve its position was the Green Party. These results do not reflect a clear rejection of the government by the public, but they outline two reasons for the Left to worry: First, although polls seemed to be favorable to the Left, the elections' disappointing outcome shifted the political climate in a way that benefits the Right. While the Left was politically destablilized, the election results boosted the opposition's morale and Jacques Chirac now felt confident in taking the offensive in his race for the presidency. Second, the election results––more specifically the analysis of how votes shifted between the two rounds––reveal two developments: The Right did a better job than the Left at mobilizing its potential voters for the second round; and in the context of the National Front schism, more far-right voters than in the past voted for moderate-right candidates. Such trends suggest that the 2002 elections will be a challenge for a more divided and instable "gauche plurielle." The local elections of 2001 moved the Left from the role of favorite to that of challenger.
  • Topic: Government
  • Author: Robert Lieberman
  • Publication Date: 06-2001
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: French Politics, Culture Society
  • Institution: Conference Group on French Politics Society
  • Abstract: France and the United States are commonly portrayed as proceeding from diametrically opposed presumptions in their approaches to race policy. But accounts of race policy in these two countries that emphasize cultural and ideological obscure crucial similarities between French and American race policy and thus fail to explain national differences convincingly. Despite similarly enshrining principles of color-blindness in antidiscrimination law, French and American race policy took very different directions in the 1960s and 1970s. France adhered closely to color-blindness in the face of persistent and even mounting discrimination while the United States moved toward an ambivalent embrace of race-conscious remedies for discrimination. The answer to this puzzle lies in the politics of minority incorporation, particularly the kind of state power that was created and mobilized to implement antidiscrimination policy and the structure of political opportunities available to proponents of race-conscious policy. Ironically, the "weak" American state, which produced a compromised vision of civil rights law, proved stronger at promoting the enforcement of antidiscrimination law, while the "stronger" French state has mounted a relatively anemic enforcement effort.
  • Political Geography: United States, America