Search

You searched for: Political Geography France Remove constraint Political Geography: France Journal Cultures Conflits Remove constraint Journal: Cultures Conflits
Number of results to display per page

Search Results

  • Author: Christian Olsson
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Chaque fois que les incidents de guerre obligent l'un de nos officiers à agir contre un village [...], il ne doit pas perdre de vue que son premier soin, la soumission des habitants obtenue, sera de reconstruire le village, d'y créer un marché, d'y établir une école. C'est de l'action de la politique et de la force que doit résulter la pacification du pays et l'organisation à lui donner plus tard ». Général Gallieni, instructions fondamentales du 22 mai 1898 à Madagascar.
  • Political Geography: France, Tamil Nadu
  • Author: Mathieu Rigouste
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Faire la généalogie des figures de l'ennemi intérieur dans la pensée militaire française permet de montrer comment la pensée sécuritaire a été alimentée à partir de la reformulation d'un certain nombre de dispositifs de contrôle conçus pour, par et au travers de la guerre coloniale. En analysant la manière dont les courants dominants de la pensée militaire française ont conçu le contrôle de l'immigration, nous avons observé la reconstruction d'un ennemi intérieur socio-ethnique, la régénération puis la généralisation dans le temps et dans l'espace, à travers le modèle sécuritaire, d'une technologie conçue pour le contrôle exceptionnel de populations infériorisées : la lutte contre-subversive.
  • Topic: Security
  • Political Geography: France
  • Author: Emmanuel-Pierre Guittet, Amandine Sherrer
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Si on ne compte plus les ouvrages proposant en langue française des « introductions » aux relations internationales ou encore des « dictionnaires » éponymes, aucun ouvrage–à de rares exceptions près–n'avait alors jusqu'ici traité exclusivement, en français, des développements théoriques de la discipline des relations internationales. Pourtant, de tels réflexions et débats ont fait l'objet d'une production livresque qui a connu un essor considérable ces cinquante dernières années dans le milieu académique anglophone. Une des raisons manifestes de ce quasi-silence éditorial, particulièrement en France, réside sans nul doute dans la structuration même du champ universitaire français qui peine à accorder aux relations internationales un statut de discipline à part entière. Il existe certes une tradition d'histoire des relations internationales, comme il existe un grand nombre d'ouvrages sur le droit international (public ou privé) et un intérêt clair–et non des moindres–des sciences politiques pour les cadres, les actions et les acteurs de la scène internationale. Cependant, il faut bien reconnaître ici que les relations internationales n'ont été le plus souvent traitées que comme des excroissances de ces disciplines maîtresses que sont l'histoire, le droit et les sciences politiques . Le fait de parler de théorie des relations internationales a souvent suscité des moqueries ou, tout du moins, des interrogations et une forme de scepticisme partagée par les tenants de la vieille garde du monde académique. Il y a là un paradoxe, en tous les cas pour la science politique, à la vue de sa propre histoire d'émancipation académique envers le droit. Plus généralement, il y a là une incompréhension envers une discipline des relations internationales qui, vieille de cinquante ans, afficherait des prétentions théoriques et un langage jargonnant. Les relations internationales sont en effet le plus souvent présentées sous des formes thématiques (équilibre des puissances, sécurité internationale, etc.) et sectorielles (économie internationale, politique étrangère, etc.), mais plus rarement sous l'angle de leurs théorisations. Produire un livre de théories propres aux relations internationales en langue française relèverait-il ainsi de la provocation ou de la mystification ? Il existe pourtant un vide en la matière quand on considère le nombre incalculable de manuels de théories des relations internationales publiés chaque année en langue anglaise, qui montrent une vitalité intellectuelle indéniable et une préoccupation complexe mais cohérente pour se donner les moyens de penser l'international, ses situations, ses acteurs et les facteurs endogènes et exogènes de leurs actions et/ou de leurs inactions.
  • Political Geography: France
  • Author: Sylvain Laurens
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'administration de l'immigration repose en France sur un mode de légitimation fondé sur la notion de «souveraineté» et sur la distinction entre nationaux et étrangers. Elle est le produit d'une longue histoire de surveillance despopulations étrangères sur le sol national. Historiquement, l'étranger est celuiqui est exclu de la citoyenneté, soupçonné de ne pas faire preuve de «loyalisme». L'Etat, par la mise en place progressive de techniques d'identification,a cherché à contrôler ses déplacements d'abord à des fins politiques, puis pourdistinguer la main-d'ouvre nationale de la main-d'ouvre étrangère sur le marché du travail (surtout à compter des premières grandes crises économiques de lafin du XIXesiècle et l'instauration du code de la nationalité en1889). Ce modede domination bureaucratique repose sur un lexique singulier lié notamment àl'enracinement de la IIIeRépublique et à l'émergence d'un groupe de fonctionnaires spécialisés. L'administration coloniale repose, elle, sur un mode de légitimation fondé historiquement sur l'idée de «mission civilisatrice»: certains indigènes peuvent être des «nationaux», mais ils sont exclus des droits politiques,«la négation de ces droits étant la condition de leur infériorisation sociale».
  • Political Geography: France
  • Author: Raphaël Canet
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « Ce cycle global de luttes se développe sous la forme d'un réseau réparti. Chaque lutte locale fonctionne sous le modèle d'un point nodal qui communique avec tous les autres sans passer par un centre ou un axe de direction. Chaque lutte reste donc singulière et liée à des conditions locales, tout en étant immergée dans un réseau commun. Ce type d'organisation est ce qui se rapproche le plus d'une expression politique achevée du concept de multitude. »
  • Political Geography: France
  • Author: Timothy Peace
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Depuis 2001, en France comme en Grande-Bretagne, les « musulmans » et les associations qui les représentent ont été amenés à participer à plusieurs occasions au mouvement altermondialiste. On a notamment pu le constater lors des Forum sociaux européens (FSE) qui se sont tenus dans les capitales de ces deux pays. Cet engagement s'étant récemment affaibli, il est possible d'y voir un cas d'« altermondialisme oublié ». On a souvent pointé ces pays en raison de leur attitude divergente vis-à-vis de leurs minorités respectives et sur la place qu'y occupe la religion dans la sphère publique. Ces deux cas offrent donc aux chercheurs l'opportunité d'étudier comment ces différentes conceptions affectent les mouvements sociaux et leurs participants. Nous souhaitons montrer dans cet article que l'élément le plus notable de cette mobilisation musulmane est l'impact de celle-ci sur des mouvements altermondialistes euxmêmes et la manière dont elle a remis en question leur propre représentation de mouvements ouverts et « tolérants ». De nombreux spécialistes des mouvements sociauxont remarqué le fait que les acteurs de ces mouvements doivent souvent faire face à des dilemmes causés par le poids des identités religieuses et la difficulté de faire coexister celles-ci avec d'autres critères d'identification . Cet article cherche à mettre ces difficultés en avant, ainsi que les limites de la supposée « tolérance » des acteurs « traditionnels » de l'altermondialisme, confrontés à la participation des musulmans. Les FSE servent de lieu de rencontre et de discussion pour une myriade de groupes se réclamant de la mouvance altermondialiste. Cependant, l'événement en lui-même consiste à la fois en un forum officiel et en un « espace alternatif / autonome » agissant comme un événement annexe, composé de tous les groupes qui rejettent le processus officiel d'organisation. A l'intérieur du mouvement lui-même, on fait souvent référence à ce clivage en usant de l'expression « horizontaux contre verticaux », chacun des groupes ayant des conceptions opposées de la politique, des enjeux du FSE et du mouvement en general . Nous étudierons ici uniquement les forums officiels - en particulier ceux qui se sont tenus en région parisienne en 2003 et à Londres en 2004 - et nous ne traiterons donc que des acteurs « verticaux ».
  • Topic: War
  • Political Geography: Afghanistan, France
  • Author: Odaci Luiz Coradini
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Ce texte s'attache à présenter les premiers résultats d'une étude toujours en cours menée sur le 5e Forum social mondial (FSM), qui s'est déroulé à Porto Alegre du 26 au 31 janvier 2005. Plusieurs axes d'analyse ont présidé à cette étude. Nous nous sommes d'abord intéressés aux significations que peuvent avoir des réferentiels idéologiques, tels que le tiers-mondisme ou l'altermondialisme, dans des conditions diverses. Puis nous avons étudié les modalités des relations qu'entretiennent les participants et les organisateurs du FSM avec l'espace politique.
  • Political Geography: France
  • Author: Miriam Perier, Mathieu Pernot
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Des études en sciences dures ont finalement convaincu cet homme de suivre son oil, préalablement aiguisé par une sorte de « mythologie familiale » de la photographie, un art qu'il a véritablement découvert lors de son cursus à l'Ecole nationale de photographie d'Arles.
  • Political Geography: France
  • Author: Chowra Makaremi, Carolina Kobelinsky
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: « C'est vers l'autre monde que part le fou sur sa folle nacelle ; c'est de l'autre monde qu'il vient quand il débarque. [...] Situation symbolique et réalisée à la fois par le privilège qui est donné au fou d'être enfermé aux portes de la ville : son exclusion doit l'enclore ; s'il ne peut et ne doit voir d'autre prison que le seuil lui-même, on le retient sur le lieu du passage. Il est mis à l'extérieur de l'intérieur, et inversement. [...] Enfermé dans le navire, d'où il n'échappe pas, le fou est confié à la rivière aux mille bras, à la mer aux mille chemins, à cette grande incertitude extérieure à tout. Il est prisonnier au milieu de la plus libre, de la plus ouverte des routes : solidement enchaîné à l'infini carrefour. Il est le Passager par excellence, c'est-à-dire le prisonnier du passage. Et la terre sur laquelle il abordera, on ne la connaît pas, tout comme on ne sait pas, quand il prend pied, de quelle terre il vient. Il n'a sa vérité et sa patrie que dans cette étendue inféconde entre deux terres qui ne peuvent lui appartenir. »
  • Political Geography: France
  • Author: Chowra Makaremi
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les déplacements de populations sont au fondement d'une évolution des identités et des modes d'identification. Ils font l'objet d'une gestion politique fondée sur un rapport d'exclusion autour de lignes de fracture Nord-Sud et sur l'affirmation d'un contrôle étatique de la circulation. Les travaux qui posent les bases d'une telle approche insistent sur l'importance des modalités du déplacement comme un lieu d'observation privilégié de la réalité globale. Dans les pays occidentaux, le contrôle des frontières et la construction des « camps d'étrangers » témoignent de nouvelles distributions du pouvoir qui passent par l'accès à la mobilité. Le contrôle étatique des mouvements volontaires et forcés de populations s'impose donc à la fois comme un enjeu de gouvernement dans le monde contemporain et comme un angle d'approche pour en comprendre les évolutions essentielles, tel que le lien entre identité, nation et territoire. C'est autour des populations en déplacement que s'énoncent en effet certaines interrogations poli tiques actuelles liées à la notion de citoyenneté. D'une part, la gestion des populations étrangères met à nu la construction étatique de la communauté nationale. D'autre part, leurs modes d'existence esquissent des possibilités d'énonciation et de participation politique déconnectées du paradigme territorial, qui invitent à repenser la « localité » dans les conditions globales. Ces évolutions s'articulent notamment autour d'une ambivalence de la frontière, qui fait coexister deux réalités : celle de la déterritorialisation progressive des organisations socio-économiques et celle du renforcement des frontières comme lieu de pratiques administratives d'exclusion visant les individus. C'est ainsi que s'éclaire l'intérêt apparemment contradictoire des sciences sociales pour la remise en cause des liens entre territoires et identités et, en même temps, pour l'étude de la frontière comme espace sociopolitique. En effet, tandis que des travaux consacrés à la « mondialisation » remettent en question les monopoles de l'Etat et du territoire comme axes de gravité de la réflexion politique, les « borderlands » s'imposent comme des sujets d'étude anthropologique, engageant une réflexion sur la nécessité de repenser la séparation spatiale, les liens entre culture et territoire, spatialité et altérité, en particulier à travers une étude empirique renouvelée des espaces frontaliers et des modalités du contrôle des populations qui s'y joue.
  • Political Geography: France
  • Author: Christel Cournil
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Par deux décisions rendues les 12 octobre 2006 ( Mubilanzila Mayeka et Kaniki Mitunga c./ Belgique ) et 26 avril 2007 ( Gebremedhin c./ France ) portant sur les droits des étrangers et les obligations positives et négatives des Etats en zones d'attente, la Cour européenne des droits de l'Homme a condamné la Belgique et la France, d'une part sur les négligences des autorités belges à l'égard des conditions de détention et de refoulement d'une mineure étrangère non accompagnée et, d'autre part, sur l'ineffectivité de la protection juridictionnelle des étrangers demandant à être admis à entrer sur le territoire national autitre de l'asile (ceux, donc, qui ne sont pas admis).
  • Political Geography: France
  • Author: Carolina Kobelinsky
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Arrêtée par des gendarmes dans un centre d'accueil de la région lyonnaise en octobre 2007, une famille albanaise déboutée du droit d'asile fut envoyée dans un centre de rétention en vue de son expulsion. Malgré la mobilisation associative, le renvoi s'effectua quelques semaines plus tard. D'après la presse, les voisins assistèrent au déploiement en masse des forces de l'ordre et des pompiers dans le but d'empêcher que la famille s'échappe par la fenêtre. Déboutés par la Commission de recours des réfugiés, les membres de la famille étaient convoqués au Tribunal administratif après avoir demandé la suspension de la mesure d'éloignement ainsi qu'un réexamen du dossier. Les gendarmes se dirigèrent toutefois au Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA), forcèrent la porte de la chambre et conduisirent la famille - y compris les enfants - en rétention. Selon un journaliste de Libération, un responsable de l'association gestionnaire s'est défendu répétant : « C'est la loi, rien que la loi. On n'y peut rien ».
  • Political Geography: France
  • Author: Rémi Guittet
  • Publication Date: 04-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Aen croire ses propres mots, Foucault rêverait de disparaître et de ne plus faire office que de point absent d'un discours qui puisse se passer de lui et le laisser hors-champ. Si tout discours, et éminemment un discours de professeur au Collège de France, est en effet un discours de pouvoir, on comprend que la position critique soit contrainte de tendre vers l'anonymat, nom transitoire de la disparition. Disparaître, se laisser traverser par le discours, et non l'investir d'un pouvoir, en faire le lieu de la critique sans en faire le lieu d'un nouvel ordre, voilà le but idéal, au sens fort (il est régulateur et non atteignable en tant que tel), vers lequel tend dans la pratique la critique foucaldienne. En quoi consiste-t-elle ? Refuser les discours qui utilisent des essences universelles comme principes régulateurs. Refuser l'insistance du pouvoir qu'ils représentent. Les contourner pour en extirper la position archéologique, l'implicite normativité qu'ils véhiculent et construisent tout à la fois. Contre eux, privilégier le « spécifique », ce qui dans un endroit donné se réalise et touche les acteurs qui y prennent part, et qui n'est pas à penser en référence à un système d'interprétation préétabli, autrement dit une norme, ou des universaux, mais au contraire comme l'inédit qui ne s'y laisse pas réduire.
  • Political Geography: France
  • Author: Paul Le Bas
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Voilà des années qu'associations, organismes, commissions françaises et européennes tirent la sonnette d'alarme sur la discrimination institutionnelle et sociale touchant les Rroms de France . Ces organismes, rappelant les amalgames et stéréotypes tenaces dans l'opinion commune, qualifient de catastrophiques les mesures publiques visant les Rroms de France. En outre, ces dernières ne semblent dénoncées aujourd'hui que par un trop petit nombre de ceux qui les subissent ; la résignation de la plupart s'expliquant pour une large part par le rejet pluriséculaire auquel ils sont confrontés et par leurs liens parfois inexistants avec le reste de la société. Premier défi de taille pour les Rroms de France : réussir à parler d'eux-mêmes, ne serait-ce que pour faire comprendre qui ils sont et ce qu'ils vivent, sans que s'y substituent dès le départ des discours sur eux, énoncés par d'autres ; tenter de se dire publique-ment au delà des fantasmes, des idées reçues et des réactions de méfiance qui confinent à la xénophobie et à l'hostilité primaire et systématique contre un groupe social. Cette étude que nous entamons est elle-même directement confrontée à la question de savoir comment faire en sorte de relayer une parole sans se substituer à elle, sans s'exprimer au titre d'une autre parole surplombante, extérieure et désengagée. Il s'agit pourtant de tenter de comprendre l'enjeu que constitue pour les Rroms la dénonciation des mesures publiques qui renforcent leur marginalisation et le déni persistant de leur identité, provoquant ainsi leur disqualification sociale par le biais de politiques de régulation, de contrôle, d'assimilation et d'exclusion. Autant de processus de classification qui renvoient notamment aux travaux de Michel Foucault, un penseur auquel on est commodément tenté de faire appel lorsqu'il s'agit de révéler et comprendre des enjeux de pouvoir et de penser des possibilités de lutte contre les formes de soumission de la subjectivité. Encore faut-il que ce recours se justifie par des motifs plus valables que la simple mobilisation d'un nom et de citations saupoudrées ci et là. Depuis les années 1980, les critiques les plus sérieuses de l'entreprise philosophique de Foucault lui reprochent d'appeler à la résistance sans en fournir de véritables raisons et encore moins les ressources (entre autres normatives) indispensables à la dénonciation de ce à quoi il faudrait résister. « En quoi la lutte est préférable à la soumission ? Pourquoi faut-il résister à la domination ? » La charge est bien connue en philosophie morale et politique : Jürgen Habermas, reprenant lui-même ces interrogations formulées par Nancy Fraser, entend dénoncer l'irrationalité d'une pensée incapable de fournir critères ou normes d'orientation de notre action. La mobilisation d'une telle pensée dans la compréhension de la situation des Rroms de France serait à ce titre davantage justifiée moins par la garantie de sa pleine cohérence interne que par sa capacité à fonctionner comme pratique, comme aide effective au diagnostic d'un champ de stratégies, à la poursuite et à l'élaboration de résistances réelles et efficaces. Foucault met lui-même en garde en soulignant l'importance de définir ce qu'on entend par « luttes » : « Ce thème de la lutte ne devient opératoire que si on établit concrètement, et à propos de chaque cas, qui est en lutte, à propos de quoi, comment se déroule la lutte, en quel lieu, avec quels instruments et selon quelle rationalité ». Il nous semble donc important de connaître et de comprendre d'abord qui sont.ces Rroms de France qui résistent, à quoi, contre quoi et comment.
  • Political Geography: France
  • Author: Jean-Baptiste Harguindeguy, Romain Pasquier
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les études sur le multiculturalisme et les politiques linguistiques – encore peu diffusées en France – ont connu un grand essor dans l'ensemble de l'Europe depuis les années 1980. C'est dans le but de combler cette lacune que nous avons pris l'initiative d'organiser une session thématique consacrée aux mobilisations ethnolinguistiques en Europe lors du 10e Congrès de l'Association Française de Science Politique à Grenoble en septembre 2009. Ce numéro de la revue Cultures Conflits vise à prolonger cet effort en se centrant sur les mobilisations de défense et de promotion des langues régionales en Europe.
  • Political Geography: Europe, France
  • Author: Linda Cardinal
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Loin d'être un phénomène marginal, la présence de groupes minoritaires au sein des États continue d'être une source de préoccupations. Ceux-ci interpellent les pouvoirs publics sur une foule d'enjeux incluant la reconnaissance des langues en situation minoritaire, l'accommodement de la diversité religieuse ou encore le respect du droit à l'autodétermination des peuples. Toutes les minorités ne sont pas traitées sur le même pied d'égalité au plan politique et n'ont pas la même capacité d'action, un phénomène dont la théorie politique a tenté de rendre compte grâce à la distinction proposée par Will Kymlicka entre minorités nationales et minorités ethniques. Or, dans ces débats, les minorités comme les Acadiens et les francophones hors Québec, tout comme les irlandophones, les gallophones ou encore les Catalans de France ont été négligées. Ce sont pourtant des minorités qui ont des revendications historiques et linguistiques les rapprochant des petites nations, bien qu'elles n'aient pas la même capacité que le Québec ou la Catalogne à rivaliser avec les autres nations. À l'instar des peuples autochtones, elles ont, pour des raisons historiques, une territorialité et une identité plus faibles ainsi qu'un moins grand accès aux leviers du pouvoir. Elles n'ont pas de projets nationalistes bien définis en mesure d'influencer la stabilité des États Par contre, elles refusent d'être associées à des minorités ethniques car elles ne sont pas moins convaincues d'être des acteurs de leur devenir et de pouvoir influencer la formulation des politiques linguistiques.
  • Political Geography: France
  • Author: Abdellali Hajjat
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Les relations entre les différentes composantes de l'État français et les militants « islamistes » installés sur le territoire français sont au coeur de multiples controverses publiques qui portent notamment sur la « compatibilité » entre deux entités abstraites et souvent mises en opposition : l'« islam » et la « République » L'instauration en 2003 du Conseil français du culte musulman (CFCM) a été l'occasion de mettre à l'épreuve la loyauté des organisations musulmanes de France, dont certaines sont accusées d'être « islamistes », à l'égard d'un État soucieux de contrôler des activités religieuses perçues comme d'éventuelles menaces à l'ordre public. La promotion d'un « islam à la française », par opposition à un « islam » influencé par des forces étrangères, constitue la forme de justification par excellence de l'intervention de l'État dans l'organisation du culte musulman.
  • Political Geography: France
  • Author: Elspeth Guild
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: L'expulsion de Roms bulgares et roumains d'Italie en 2009 et de France en 2010 a provoqué de nombreuses discussions, contestations et préoccupations. En ce qui concerne la France, les expulsions de Roms de juillet et août 2010 (des expulsions seraient encore en cours selon de nombreuses sources) ont eu de multiples conséquences : elles ont généré de la discorde au sein des institutions de l'Union Européenne ; elles ont amené le commissaire européen chargé des droits des citoyens à s'opposer au président français ; elles ont enfin provoqué de l'indignation au-delà de l'Union Européenne (UE). Curieusement, la question de l'effectivité et de l'efficacité de la politique d'expulsion n'a pas fait l'objet d'une attention particulière dans le débat politique. Pour combler cette lacune, il importe de dire un mot des objectifs de cette politique. Dans l'UE, l'expulsion d'individus est généralement entreprise afin de mettre un terme à la présence illégale d'individus sur le territoire d'un Ét...
  • Political Geography: Europe, France, Rome
  • Author: Didier Bigo
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: On aurait pu penser que les pratiques du gouvernement français à l'égard des Roms vivant en France allaient donner lieu à une série d'articles et de publications spécialisées qui discuteraient les fondements de ces logiques de suspicion, de détention, de circulation forcée, d'exclusion, et que seraient approfondies les raisons pour lesquelles les Roms sont pris à partie, bien plus que d'autres groupes sociaux.
  • Political Geography: Europe, France
  • Author: Johanna Probst
  • Publication Date: 05-2014
  • Content Type: Journal Article
  • Journal: Cultures Conflits
  • Institution: Cultures Conflits
  • Abstract: Depuis les années 1980-90, le nombre d'accords de statuts de protection internationale a radicalement baissé proportionnellement au nombre de demandes d'asile introduites dans les pays européens. L'évolution des dispositifs d'asile étatiques et de leurs pratiques décisionnelles sont bien entendu déterminées par les politiques nationales et européennes. Comprendre pleinement cette évolution suppose cependant une prise en compte de la mise en ouvre pratique de ces politiques par les institutions instruisant la demande d'asile. À partir de l'exemple des dispositifs d'asile français et allemand, il s'agit ici d'éclaircir les aspects microsociologiques du déroulement de la procédure d'asile, de porter la réflexion sur les acteurs du dispositif et d'interroger la relation administrative qui s'y enracine.
  • Political Geography: France